Égalité femme-homme : l’enjeu de l’orientation

| popularité : 4%

L’orientation des élèves de collège et de lycée est l’un des terrains où peut se mener la lutte pour l’égalité femme-homme.

Au collège, à résultats égaux, les choix d’orientation des garçons et des filles sont très semblables.

Vœux formulés en fonction des moyennes au contrôle continu du brevet.

Au lycée, en revanche, le choix des enseignements d’explorations de puis des séries sont très fortement typés. Les filles sont très nettement surreprésentées dans les enseignements littéraires et les garçons dans les enseignements scientifiques et technologiques.

Source : ministère de l’Éducation nationale

Dans certains cas, les clivages sont très nets. Si « Sciences&Labo » ou SES+PFEG sont pratiquement paritaires, d’autres sont très marqués. À cette rentrée, 88% des élèves qui suivent « Santé Social » sont des filles. Littérature et Société et la LV3 reçoivent 71% de filles. À l’inverse, les enseignements industriels sont très masculins. Il y a 87% de garçons en sciences de l’ingénieur et 85% en CIT. L’enseignement « Méthodes et pratiques scientifiques » accueille 48% de filles alors qu’elles représentent 54% des élèves du lycée.

Le choix de l’orientation puis de la profession est souvent guidé pour les garçons comme les filles, par les modèles existants et par la réaction de l’entourage, en particulier des pairs.

Pour le SE-Unsa, il est essentiel de ne pas laisser les élèves s’enfermer dans des stéréotypes. Il est possible de montrer que pour chaque modèle dominant, il existe des contre-exemples. Il est possible d’ouvrir des perspectives nouvelles aux élèves simplement en proposant des pistes non explorées.

Lutter contre les stéréotypes de genre, c’est permettre que chaque élève fasse son choix d’orientation en fonction de ses aspirations réelles. Lutter contre les stéréotypes dans l’orientation, c’est avancer vers l’égalité femmes-hommes.