Le SE-Unsa demande le maintien des comités de suivi des réformes des lycées

| popularité : 9%
Le 30 mars dernier, les co-pilotes du comité de suivi de la réforme de la voie générale nous annonçaient qu’ils se désengageaient de leur mission à la veille d’une dernière réunion et qu’ils ne prolongeraient pas leur travail. Il en serait donc fini de ce comité de suivi !
 
 
Dès le départ, le SE-Unsa s’est impliqué dans le travail des deux comités nationaux (voies générale et technologique et voie professionnelle), comme le SE-Unsa l’a fait dans chaque académie.
 
Pour le SE-Unsa, il est important que des réformes de cette ampleur fassent l’objet d’échanges avec le ministère dans la durée avec un seul objectif : améliorer ce qui peut l’être, grâce et avec ceux qui les pratiquent et les mettent en œuvre. Les comités de suivi de la réforme de la voie professionnelle et de la voie générale ont montré leur utilité en faisant état des difficultés de terrain. Ils ont ainsi permis d’adapter au moins partiellement ces réformes à l’épreuve des réalités.
 
Force est de constater que le travail n’est pas abouti. Les dernières décisions du ministre sur le dossier des maths en cycle terminal général prouvent bien que cette réforme mal conçue dès le départ doit encore être améliorée.
 
 
L’avis du SE-Unsa

Pour le SE-Unsa, l’annonce de l’arrêt du comité de suivi de la réforme du lycée GT est une très mauvaise nouvelle. Le SE-Unsa demande donc d’ores et déjà à la future ou au futur ministre de l’Éducation nationale de proroger les comités de suivi.
Aucune génération de lycéens n’a encore effectué un parcours complet dans des conditions ordinaires. Pour le SE-Unsa, il est donc impératif que ces comités puissent travailler sur le moyen terme pour évaluer l’efficience des changements dans un contexte ordinaire, alors qu’ils ont jusque-là été perturbés par la crise sanitaire.
Ces comités doivent tout mettre en œuvre pour aboutir à un constat partagé permettant d’évaluer l’impact sur le parcours des élèves et sur les conditions de travail des personnels et ainsi modifier ces réformes avec une vision globale et sans procéder sous la pression politique et par petites touches. Il s’agira aussi de changer de méthode pour permettre aux enseignants et CPE des lycées de s’approprier ces changements avant leur mise en œuvre.