Épreuves de spécialité : l’improvisation frappe encore

| popularité : 8%
Ce mardi 14 mars, moins d’une semaine avant les épreuves de spécialités prévues les lundi 20, mardi 21 et mercredi 22 mars, à la demande du CNVL, le ministre Pap Ndiaye a demandé que les journées du vendredi 17 ou du samedi 18 mars soient libérées ou réorganisées afin de permettre aux élèves de réviser.
 
 
Alors que les enseignants de spécialité tentent, depuis des mois, de tenir les délais pour traiter toutes les notions d’un programme trop lourd, le ministre décide soudainement d’un changement d’organisation, au nom d’un soi-disant souci d’égalité. Pourtant, de très nombreux lycéens des établissements français à l’étranger* viennent de passer ces épreuves et n’auront pas pu bénéficier de cette disposition. De même, certains établissements avaient déjà pris les devants, autorisant les élèves à s’absenter une ou deux journées, voire davantage.
 
 
Le SE-Unsa dénonce le manque d’anticipation récurrent du ministère, qui place les enseignants sous pression et dégrade leurs conditions de travail, et ne fait qu’ajouter au stress des élèves et de leur famille.
 
 
*Liste des pays concernés par les épreuves d’EDS passées les 13-14 et 15 mars 2023 :
 
Afrique du Sud – Algérie – Angola – Arabie saoudite – Bahreïn – Belgique – Bénin – Burundi – Cameroun – Comores – Congo – Danemark – Djibouti – Égypte – Émirats arabes unis – Éthiopie – Gabon – Ghana – Guinée équatoriale – Iran – Irlande – Jordanie – Kenya – Koweït – Luxembourg – Madagascar – Mozambique – Niger – Nigéria – Norvège – Pays-Bas – Qatar – République centrafricaine – République de Maurice – République démocratique du Congo – Royaume-Uni – Suède – Tchad – Togo – Tunisie