Continuité pédagogique : prendre du temps pour arrêter d’en perdre

| popularité : 4%
Le fonctionnement des établissements est soumis à rudes épreuves, avec les différents protocoles sanitaires qui s’empilent et les mesures de confinement locales. En plus des enjeux d’organisation, quand il s’agit de passer à des groupes à petits effectifs, le travail plus important de l’élève en autonomie, hors de la classe, pose des problèmes de nature pédagogique. 
 
Face à de tels défis, tous les acteurs doivent être mobilisés. Il faut donc instaurer une atmosphère sereine et propice à une construction concertée des enseignements. Pour le SE-Unsa, travailler dans l’urgence est insatisfaisant. Il faut se donner le temps d’élaborer et de réguler la continuité pédagogique dans chaque établissement dans la durée. 
 
 
Donner un temps de concertation aux équipes pour penser le moyen terme
 
Depuis mars 2020, le SE-Unsa a accompagné les équipes pour s’organiser face à la fermeture des établissements ou pour mettre en œuvre le protocole sanitaire. Notre leitmotiv : faire confiance aux équipes au lieu de multiplier les injonctions ministérielles contradictoires qui arrivent jusqu’à nos collègues via les journaux télévisés.
 
> Penser le travail en autonomie des élèves et le suivi des élèves en difficulté
 
Pour le SE-Unsa, un temps doit être dégagé dans les emplois du temps pour le travail d’équipe des enseignants. En conseil d’enseignement, pour aider les enseignants à construire des séquences adaptées au travail à distance et à une autonomie croissante des élèves, ou encore pour prendre en charge de manière plus étroite les élèves en difficulté. Pour éviter les écueils de la première période de confinement, il est impératif de coordonner le travail et de calibrer le travail personnel demandé aux élèves. 
 
> Penser globalement l’accueil des élèves dans l’établissement
 
En conseil pédagogique, penser globalement le temps de l’élève dans l’établissement afin que le protocole sanitaire ne soit pas la fin de toutes les activités extra-scolaires et que la vie au sein de l’établissement soit épanouissante et sereine, tant pour les élèves que pour les personnels.
 
Le temps doit être consacré en priorité aux apprentissages, et la pression évaluative doit être réduite, par tous les moyens possibles en renonçant aux épreuves terminales encore prévues. La priorité doit être donnée à la lutte contre le décrochage des élèves les plus fragiles. Il est essentiel, dans l’accueil des élèves, de maintenir une cohérence dans l’approche des enseignements. 
 
 
Ce plan de continuité nécessite l’élaboration de scénarios locaux adaptés à la situation de l’épidémie.

>> Lire notre article Continuité pédagogique : une affaire d’équipe
 
Ce plan de continuité passe par : 
  • une adaptation pédagogique qui limite la charge de travail des enseignants et la pression de programmes trop lourds.* 
     
  • des modèles d’organisation différents pour chaque établissement (voir le tableau en pièce jointe).
 
*Lire aussi :