Iran : du vent dans les voiles

| popularité : 40%
Mahsa Amini, une jeune iranienne, est morte dans des circonstances obscures après avoir été arrêtée parce que son voile - obligatoire en Iran - était mal positionné. Depuis l’annonce de son décès, des manifestations secouent le régime théocratique des mollahs, qui tente une nouvelle fois de noyer la contestation dans le sang.
 
 
Depuis 1979, la République islamique d’Iran impose à sa société de fortes restrictions de libertés. Dans ce pays, les femmes ont l’obligation de porter le voile, quelles que soient leur confession ou leur nationalité. Depuis plusieurs années, des femmes et des hommes demandent pourtant que le port de ce signe religieux perde son caractère obligatoire. Mais la police des mœurs veille particulièrement au respect du port du voile depuis l’élection du président ultraconservateur Ebrahim Raïssi en 2021.
 
C’est dans ce contexte qu’a eu lieu l’arrestation, suivie de la mort, de Mahsa Amini. Le régime peine à convaincre en avançant que la cause du décès est une crise cardiaque. Cela a attisé la colère d’une partie de la population qui souffre en outre d’instabilité économique, de corruption et des restrictions opérées par le régime envers les libertés fondamentales. De nombreuses femmes manifestent tête-nue, postent des vidéos sur les réseaux sociaux dans lesquelles elles se coupent les cheveux ou brûlent leur hijab en guise de protestation. Prévisiblement, les autorités religieuses répliquent par la force et des victimes sont à déplorer.
 
 
Le SE-Unsa salue le courage des iraniennes et iraniens qui luttent pour leurs libertés fondamentales ; leurs libertés sont les nôtres.