Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, 7 novembre 2019

| popularité : 5%
Pour sa sixième édition, cette journée de lutte contre ce phénomène vise une nouvelle fois à mieux détecter le harcèlement entre élèves1, à libérer la parole et permettre aux victimes de trouver l'aide nécessaire.
 

Des progrès encourageants à confirmer
 
Selon le ministère, les chiffres du harcèlement tendent à diminuer. La Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) indique que 5,6% des élèves se disaient harcelés en 2018 contre 7% en 2015.
 
L’Unicef évalue en France à 700 000 élèves le nombre de victimes de harcèlement scolaire. Les chiffres varient de 12 % en primaire, 10 % au collège et 4 % au lycée. Il reste tant à faire.
 

Un nouveau plan de lutte
 
En cette rentrée, le ministère de l’Éducation nationale expérimente, dans certaines académies, un nouveau plan de lutte visant à mieux détecter les problèmes et partager les bonnes pratiques. Ce dispositif «Non au harcèlement» sera un programme clé en main pour les enseignants et les personnels de direction.
 
Au cours de l’année, il sera déployé dans toutes les académies et  une équipe ressource pourra prendre en charge des situations de harcèlement, des mallettes pédagogiques seront utilisables par les enseignants et les élèves ambassadeurs, un kit d’information sera disponible pour les parents d’élèves, un label «NonAuHarcèlement» distinguera les établissements participant à ce programme.
 
Toutefois, au regard du nombre d’enfants et adolescents touchés par le harcèlement, comment comprendre qu’un tel plan ne soit déployé que sur la base du volontariat ? Il s’agit là, au-delà de la protection des élèves concernés, d’un puissant levier d’amélioration du climat scolaire et donc, de réussite à l’École, destiné à être généralisé.
 
Parce qu’un adolescent harcelé sur dix a déjà pensé au suicide, parce que des dizaines de milliers d’enfants et d’adolescents souffrent, le plus souvent en silence, subissant les quolibets, les brimades, les violences physiques, psychologiques et morales, le SE-Unsa soutient la journée nationale de lutte contre le harcèlement. L’École doit être garante de l’intégrité physique et morale des enfants et des adolescents. 

1 Le harcèlement se caractérise par des violences répétées qui peuvent être verbales, physiques ou psychologiques. Elles peuvent être exercées par un ou plusieurs élèves à l’encontre d’un élève ou d’un groupe d’élèves.
 
 
Ressources 
 
 
 
Éducation nationale : les 10 nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement entre élèves
 
NON AU HARCÈLEMENT : Ressources pour parents, élèves et professionnels
https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/ressources/