Pas de test en CM2 pour le tri des futurs élèves de sixième !

| popularité : 27%
À l’approche de la fin de l’année scolaire, certains départements demandent de mettre en place des tests de positionnement pour les élèves de CM2, censés aider à constituer les groupes de niveau à la rentrée en sixième. Le SE-Unsa dénonce cette approche inacceptable, y compris auprès du ministère.
 
Pour le SE-Unsa, trier les élèves nuit à la réussite scolaire de tous et toutes et accroît les inégalités. Le tri des élèves en fonction de leurs performances dans des tests peut entraîner une stigmatisation et affecter leur confiance en soi.
En partant uniquement de tests de positionnement, nous risquons de négliger la diversité des besoins d’apprentissage individuels, notamment pour les élèves à besoins éducatifs particuliers, absents des mesures Choc des Savoirs.
 
Dans le même ordre d’idées, les réunions de passation entre professeurs des écoles et professeurs de collège ne doivent pas servir à trier les élèves selon leur niveau.
Les réunions de passation devraient plutôt être des occasions de collaboration entre enseignant·es pour partager des informations sur les besoins spécifiques de chaque élève, en vue d’une meilleure prise en charge éducative et d’une plus grande réussite scolaire.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Pour le SE-Unsa, ces tests de positionnement sont une très mauvaise manière de préparer les élèves de CM2 à leur passage en 6e.
 
Les évaluations en élémentaire servent à témoigner des acquisitions des élèves. Elles ne doivent pas être détournées à des fins de tri. C’est pourquoi, le SE-Unsa interviendra auprès du ministère, comme il l’a déjà fait, si ce type de demande est fait sur votre département.
 
>> Si vous rencontrez un problème, contactez votre équipe locale du SE-Unsa