Les conditions de reprise pédagogique au collège

| popularité : 13%
Les conditions sanitaires et le protocole sont au cœur de la reprise des établissements scolaires et conditionnent très largement les modalités éducatives et pédagogiques. Le ministère, dans sa circulaire nationale consacre une partie spécifique à la pédagogie. Ce qui est présenté paraît très largement déconnecté de la réalité de la reprise et bien peu utile. Quant aux documents complémentaires, ils n’apportent pas de points d’appui aux équipes de collège.
 
 
Une rentrée « empathique » très vite contredite
 
La circulaire insiste pour tous les niveaux sur un nécessaire temps d’échange avant de renouer avec des apprentissages scolaires et indique que la priorité n’est pas « de finir les programmes mais de s’assurer que les élèves maîtrisent les connaissances nécessaires pour poursuivre leur scolarité dans de bonnes conditions »
 
Pour ces temps d’échange, on aurait eu besoin d’aides précises avec un travail qui aurait pu solliciter les compétences des psyEN et des personnels de santé. À la place, vous disposez de fiches "objectifs pédagogiques prioritaires" et d’exercices de bilan qui ne répondent pas au besoin d’identifier l’indispensable et qui sont une reprise de fiches existantes avec quelques préconisations bien déconnectées des réalités de la reprise. 
 
La circulaire met également en avant l’accompagnement à l’orientation, qui est une préoccupation importante pour les élèves de 3e. Mais il faut aussi « accroître le temps d’enseignement consacré à la transmission de ces savoirs »
 
 
Les priorités selon la circulaire
 
Pas de surprise, la crise sanitaire n’a pas modifié la doctrine des « fondamentaux » : « les enseignements de français et de mathématiques doivent être priorisés. Au-delà de leurs objectifs propres, toutes les disciplines contribuent également aux compétences en français et en mathématiques. » 
 
 
Quant au dispositif « Devoirs faits » dont on sait qu’il fonctionne de manière très variable selon les établissements et les moyens qui lui sont accordés, il doit être « destiné en priorité aux élèves qui n’ont pas participé avec assiduité à l’enseignement à distance », c’est-à-dire, ceux qu’on a le plus de chance de ne pas revoir dans nos collèges. 
 
 
Un soulagement, les notes continuent à ne pas être prises en compte
 
Après des hésitations, la décision a été prise de maintenir la règle de ne pas prendre en compte d’éventuelles notes pendant cette période de reprise pour le DNB. Nous nous en félicitons. Au-delà de cette question des notes, la plus grande vigilance s’imposera pour que l’impact de la période de « continuité pédagogique » ne se traduise pas en une hausse des propositions de redoublement. Ce sera bien à l’école de s’adapter à la rentrée prochaine pour en tenir compte.
 
 
Des disciplines qui nécessitent des préconisations spécifiques
 
Le site éduscol propose une série de conseils par discipline pour la mise en oeuvre de la continuité pédagogique mais ces conseils ne s’appliquent qu’à l’enseignement à distance. Aucune mise à jour pour la reprise en présentiel. Pourtant, selon les disciplines, des préconisations particulières sont nécessaires. C’est le cas de l’EPS, de l’éducation musicale, des disciplines expérimentales, pour ne citer que les plus évidentes. Heureusement, souvent, les IPR ont envoyé des recommandations aux enseignants. 
 
 
En conclusion, la lecture de la circulaire vous aidera peu pour organiser pédagogiquement la reprise et nous vous conseillons de ne pas perdre trop de temps à consulter les documents complémentaires qui risquent surtout de vous irriter, tant ils sont loin de la réalité. Le SE-Unsa défend une reprise qui garantit la sécurité sanitaire de tous, élèves comme personnels. Pour cela, il milite pour un accueil limité aux seuls élèves qui ne peuvent rester à la maison, une prolongation de l’école à distance couplée avec des rendez-vous individuels sur invitation pour les élèves de 3e (orientation) et les élèves repérés en difficulté avec l’enseignement à distance.