Égalité femmes - hommes : un engagement essentiel

| popularité : 5%
Depuis 1977, l’Onu invite tous les pays à célébrer non pas « la journée de la femme » le 8 mars, mais la journée dédiée à la défense des droits de toutes les femmes.
 
Dans 26 états, le 8 mars est un jour férié pour toutes et tous ; en Chine, à Madagascar et au Népal, cette journée est réservée uniquement aux femmes même si elles sont toutes différentes et avec des luttes plus ou moins avancées selon les pays. Ici ou ailleurs, cette journée ne doit pas être une opération marketing mais elle doit mettre en lumière les revendications de tous pour faire avancer l’égalité en droits des femmes.
 
 
Des progrès à amplifier

Selon une étude de la Banque mondiale analysant l’évolution de la législation dans 187 pays de 2008 à 2019, 35 états se sont dotés d’une protection juridique contre le harcèlement sexuel au travail, protégeant près de deux milliards de femmes en plus, 22 ont supprimé les entraves au travail des femmes et 13 ont adopté des lois imposant le principe de l’égalité de rémunération pour un travail égal à valeur égale...
Néanmoins, la situation de certaines femmes s’améliore trop lentement. Par exemple, 49 pays ne disposent toujours pas de lois les protégeant contre la violence domestique.
 
 
2020, pour les droits des femmes et un futur égalitaire

Pour l’édition 2020, l’Onu a défini comme thème : « Je suis de la Génération égalité : levez-vous pour les droits des femmes ». Cela coïncide avec le vingt-cinquième anniversaire de la déclaration et du programme d’action de Beijing : un engagement de 189 gouvernements décidés à prendre des mesures en faveur des femmes dans différents domaines comme la pauvreté, l’éducation, la formation, la santé, les violences… Génération égalité vise notamment l’égalité salariale, la fin du harcèlement sexuel et des violences faites aux femmes, la participation égale à la vie politique et à la prise de décisions dans tous les domaines de la vie. Un forum sera organisé en mai et se terminera à Paris en juillet. Ce sera l’occasion de dresser un bilan des progrès accomplis et de mettre en œuvre des mesures concrètes pour atteindre l’égalité des sexes avant 2030.
 

Le SE-Unsa soutient cette journée internationale des droits des femmes et s’engage avec détermination pour l’égalité entre les femmes et les hommes.


Ce n'est pas parce qu'il y a effectivement des différences entre les hommes [et les femmes] qu'il faut conclure à la suprématie des uns et à l'infériorité des autres. Il ne faut pas confondre différence et inégalité.
Jean Rostand