Bugs de Parcoursup : le SE-Unsa demande un allongement du calendrier

| popularité : 19%
Le jeudi 8 avril est le dernier jour permettant aux élèves de confirmer leurs vœux et de finaliser leurs dossiers avec les éléments demandés par les formations pour lesquelles ils candidatent. La plateforme informatique subissant de nombreux « plantages » ces derniers jours, le SE-Unsa et l’Unsa Éducation demandent un allongement du calendrier initial.
 
 
L’Unsa Éducation est intervenue aujourd’hui auprès du cabinet de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, pour tirer la sonnette d’alarme. Comme d’autres applications informatiques ministérielles, Parcoursup a été mis en difficulté ces derniers jours : des élèves n’ont pas pu modifier ou valider leurs vœux. 
 
Plusieurs problèmes se cumulent : la crise sanitaire a rendu plus difficile cette année le suivi des élèves. Les enseignants ont été surchargés de travail, notamment pour assurer une évaluation en contrôle continu, et l’accompagnement des élèves par les professeurs principaux a été plus difficile avec les protocoles sanitaires et maintenant avec la fermeture des établissements. 
 
Le SE-Unsa demande au ministère de l’Enseignement supérieur un allongement du délai pour la finalisation des vœux jusqu’à la première semaine des vacances de printemps. Le ministère doit prendre en compte les difficultés de connexion pour qu’aucun élève ne soit désavantagé par ce plantage informatique. Un tel délai avait été accordé l’an dernier pour accompagner tous les candidats qui n’avaient pas pu valider leurs vœux dans les temps. Il n’y a a priori aucune raison que ce ne soit pas le cas cette année.
 
Plus largement, alors que les enseignants ont été peu associés aux États généraux du numérique de l’éducation de l’année dernière, le SE-Unsa revendique de nouveaux investissements pour assurer la solidité des différentes applications informatiques qui sont devenues essentielles dans le fonctionnement du système éducatif.