« Théorie du genre » : on peut être pape et mal informé

| popularité : 17%
Selon le pape François, « les manuels français propagent un sournois endoctrinement à la théorie du genre ». Il s’agirait d’une « colonisation idéologique » pour changer les mentalités. Une polémique qui tombe à pic à quelques jours du rassemblement de la Manif pour tous prévue le 16 octobre. Le SE-Unsa invite le pape à lire plus attentivement les programmes de l’Éducation nationale, en toute laïcité.
 
Abusé (on ose l’espérer) par la campagne de désinformation massive menée par les intégristes catholiques depuis plusieurs années, le pape reprend à son compte les mensonges du collectif Vigi-gender et de la Fondation Lejeune qui inondent les écoles de livrets imprimés sur papier glacé.
 
Or, en matière d’éducation, de quoi s’agit-il ? La ministre Najat Vallaud-Belkacem l’a très justement rappelé dans sa réponse au pape. L’École publique enseigne à ses élèves qu’il ne faut pas hiérarchiser entre un sexe et un autre, qu’il faut lutter contre le sexisme et les violences faites aux femmes et aux personnes LGBT.
 
Les programmes de SVT de 1e , naguère incriminés, notamment dans le chapitre intitulé « Devenir femme ou homme » ne disent pas autre chose : « On saisira l’occasion d’affirmer que si l’identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l’orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée. »
 
Pour faire reculer les stéréotypes et les préjugés sexistes, le SE-Unsa estime qu’une éducation à la mixité et à l’égalité dès le plus jeune âge est essentielle.
 
Le SE-Unsa s’opposera à toute tentative d’intrusion des religieux dans le contenu des programmes enseignés à l’école publique et laïque.