Numérique : des compétences pour le futur...

| popularité : 17%
À l’heure de la refondation des programmes, l’École doit tenter de se projeter dans l’avenir. Les questions numériques sont prégnantes. Le SE-Unsa a participé à un exercice organisé par la Fing(1) autour d’un cahier d’enjeux et de prospective. Des conclusions (provisoires) pleines d’intérêt pour notre École.
 

Dans une société numérique où chacun peut être amené à créer son propre emploi et où les ordinateurs vont de plus en plus traiter et gérer les tâches non complexes, la créativité va devenir indispensable… Nous vivons une épo­que où nous ne connaissons pas les métiers de demain, où les imaginer est quasi impossible. Nos élèves vont donc devoir être inventifs, créatifs mais aussi capables d’initiative et de prise de risques.

La généralisation probable des imprimantes 3D pilotées par ordinateur et permettant de fabriquer à bas coût des objets très divers, va aussi induire des changements profonds. Les demandes d’objets personnalisés, voire uniques, sont de plus en plus nombreuses… ce qui suppose des créateurs/concepteurs et le retour vers un certain artisanat. Un artisanat de masse suppose des compétences de conception mais aussi de réalisation, y compris manuelles. Il s’agit bien dans le cadre du “faire soi-même” de renouer les fils de l’intelligence de la main avec l’intelligence conceptuelle.

Autre évolution à prendre en compte, l’importance des données comme enjeux dans la vie personnelle de chacun mais aussi comme vecteurs de richesse et biens communs à préserver. Récolter, traiter, gérer des données devient de plus en plus indispensable dans notre quotidien. Le choix du modèle de poussette que nous allons acheter ou de notre hôtel de vacances dépend fortement des données qui nous arrivent et de notre capacité à les organiser et à les traiter. Tirer bénéfice de ces données suppose des capacités de recueil, d’évaluation, d’analyse, de distance critique et de prise de décision. De plus, ces données en grand nombre, les fameuses big data(2), ouvrent de nou­veaux possibles à explorer avec imagination et créativité... Parallèlement, la question de nos données personnelles, ce que nous en faisons, à qui nous les confions, comment nous les mettons en commun pour qu’elles soient utiles à la collectivité, renvoient à des questions éthiques et citoyennes ! 

Toutes ces compétences devront être présentes dans le nouveau socle et les nouveaux programmes en cours d’élaboration : c’est aujourd’hui que l’avenir se construit.

 

(1) Sorte de Think Tank (laboratoire d’idées) de référence pour anticiper les transformations numériques.

(2) Ensemble de données très volumineuses difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de base de données ou d’informations.