Motivation des élèves et théorie de l’auto-détermination

| popularité : 24%
La théorie de l'auto-détermination (TAD) permet de mieux comprendre les mécanismes de la motivation des élèves. Comment un enseignant peut-il s'en emparer pour améliorer l'engagement dans les apprentissages ?
 
John Marshall Reeve, professeur de Psychologie de l'éducation à l'Université de l'lowa a montré que le niveau d'engagement et de motivation des élèves dépendait beaucoup du « style motivationnel » de l'enseignant, selon qu'il adoptait une attitude de contrôle ou si, au contraire, il accordait davantage de liberté aux élèves. Ce large éventail de postures peut être décliné dans les trois domaines de la TAD :
• le soutien (ou pas) de l'autonomie ;
• la structuration des cours qui permettront à l'élève de se sentir compétent (la « structure ») ;
• la qualité des interactions au sein de la classe (l'implication interpersonnelle).
 
Dans la classe
Pour soutenir l'autonomie, l'éventail de la posture de l'enseignant se situe entre le contrôle (imposer des règles, des contraintes, des consignes, sans les expliciter) et une posture plus souple (construire avec les élèves des règles communes, leur donner des choix, expliciter la finalité des exercices, etc.).
Concernant le soutien du besoin de compétences, l'enseignant, dans son cours, peut osciller entre un style « chaotique » dans lequel les objectifs, l'organisation, les critères de réussite ne sont pas clairement explicités ou à l'inverse un cadre clair et explicite, des tâches différenciées et un guidage adapté.
Enfin, le placement et les déplacements de l'enseignant, son degré d'écoute, d'attention (y compris en dehors des temps de cours) et la façon de s'adresser aux élèves soutiendra, ou pas, le besoin de proximité sociale.
Des études ont montré que les enseignants qui adoptaient un style soutenant l'autonomie se sentaient plus épanouis et ressentaient moins d'épuisement professionnel que ceux qui se montraient plus contrôlants.

Bien choisir
Pourquoi alors ne pas adopter ce style ?
C'est que le choix d'un style est le fruit d'une alchimie complexe entre les attentes sociales et institutionnelles, les valeurs et les convictions personnelles de l'enseignant sur ce qui est à la fois possible et efficace. Ainsi, les jeunes collègues ont tendance à adopter un style contrôlant par peur de ne pas « maîtriser » la classe, alors que c'est justement ce contrôle qui empêche les élèves d'entrer dans les apprentissages.
Se sentir compétent, autonome et appartenir à une communauté éducative… La théorie de l'auto-détermination peut aussi s'appliquer aux enseignants !
 
Retrouvez l'article complet et des références pour aller plus loin sur notre blog @ecolededemain