Lycée GT : le chantier "bac" va débuter

| popularité : 9%
Reçu par le directeur de cabinet du ministre, le SE-Unsa a porté sa vision du chantier "bac", pas vraiment "raccord" avec celle du ministre.
 
Le directeur de cabinet du ministre a annoncé l'ouverture du chantier "bac" avant la fin du mois d'octobre, sous la forme d'une mission qui auditionnera l'ensemble des acteurs du dossier et qui remettra ses recommandations en janvier.
Ensuite, le travail réglementaire sera conduit par la Dgesco pour une publication des nouvelles dispositions au printemps et la mise en oeuvre des premières mesures en classe de seconde à la prochaine rentrée. Le nouveau bac serait opérationnel à la session 2021.
 
Au vu des délais très serrés, nous avons fait remarquer au cabinet qu'il n'était pas possible d'envisager des modifications des contenus de formation en classe de seconde à la rentrée 2018. Il sera également difficilement possible d'envisager des modifications dans les procédures d'orientation pour les élèves de troisième. Ni la structure, ni les contenus ne seront donc à discuter. De quoi discutera-t-on pour la classe de seconde ? Pas de réponse...
 
Pour le cycle terminal, le ministère dispose d'un an de plus. Certes, mais pour quoi faire ? Pas de réponse non plus...
 
Hormis la réduction du nombre d'épreuves terminales à 4 et la volonté de faire évoluer ces épreuves vers l'évaluation de compétences plus transversales, nous n'avons aucune visibilité sur ce dossier.
 
Le SE-Unsa est porteur d'une réforme ambitieuse du lycée et demande au ministre de ne pas se contenter d' ajustements du bac. Il demande :
  • une réflexion sur les 3 voies du lycée pour aller vers un lycée pour tous, favorisant la mxité sociale et scolaire et les parcours diversifiés ;
  • une réflexion sur la structuration de l'offre de formation pour sortir des voies et séries étanches et permettre à chaque jeune de construire son parcours en fonction de son projet et de ses appétences ;
  • une réflexion sur l'accompagnement des lycéens dans l'élaboration de ce parcours et dans leurs apprentissages ;
  • une réflexion conjointe avec l'enseignement supérieur sur l'orientation post-bac ;
  • un calendrier et une méthode de travail sur des objectifs clairs et partagés.