Égalité femmes-hommes au travail : il y a encore du boulot !

| popularité : 16%

Sexisme et surcharge de travail sont les deux problèmes majeurs qui ressortent de l’étude du Céreq * : "Femmes dans des "métiers d’hommes" : entre contraintes et déni de légitimité". Pour le SE-Unsa, les mesures favorisant l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la lutte contre les stéréotypes, doivent s’accompagner d’une réflexion sur l’articulation vie pro/vie perso.

Dans les métiers techniques où les hommes constituent l’essentiel des salariés, les femmes subissent de la part de leurs collègues deux formes manichéennes de sexisme. Le sexisme hostile se traduit notamment par un manque de confiance et une non-reconnaissance des compétences professionnelles, des remarques et des blagues sur la question de la maternité. Le sexisme bienveillant, quant à lui, consiste à adopter une attitude "protectrice" vis-à-vis des techniciennes, pouvant aller jusqu’à les empêcher de réaliser les tâches qui leur incombent.

Chez les cadres, c’est l’obligation de disponibilité totale qui génère des inégalités. Femmes comme hommes ressentent la surcharge de travail. Mais pour les mères d’enfants en bas âge, la conciliation vie pro / vie perso est encore plus difficile et peut les mener jusqu’au burn-out.

Pour le SE-Unsa, l’éducation dès le plus jeune âge à la mixité et à l’égalité est essentielle pour lutter contre les stéréotypes. L’articulation vie pro / vie perso doit également être au coeur des réflexions dans la vie professionnelle. Le développement de l’une ne doit pas se faire au détriment de l’autre.

C’est d’ailleurs dans cette optique que le SE-Unsa a lancé une consultation auprès des enseignant-e-s et CPE.

Articulation vie pro / vie perso : je consulte les résultats de l’enquête du SE-Unsa

 

* Centre d’études et de recherche sur les qualifications