Collège 2017 : les élèves les plus fragiles d’abord !

| popularité : 14%
Pour le SE-Unsa, les moyens publics d’enseignement doivent bénéficier en priorité aux plus fragiles.
Au sein même des établissements, la répartition des moyens doit aider en priorité les élèves qui en ont le plus besoin.
 
Dans cette perspective, le SE-Unsa a déposé de nombreux amendements lors du Conseil supérieur de l’Éducation, sur l’arrêté « collège », pour répartir plus justement les dotations horaires : un amendement SE-Unsa qui donne la priorité aux dédoublements et à la co-animation a ainsi été retenu. En revanche, le combat continue pour limiter le cumul des options et pour élargir leur offre, pour que celles-ci bénéficient à tous les élèves et non à un petit groupe : il faut donner plus à ceux qui ont le moins et non l’inverse !
 
Pour les enseignants de l’Unsa, le système éducatif doit être plus juste : formation continue pour aider les enseignants à mieux identifier les difficultés scolaires et y remédier, répartition des moyens entre établissements sur des critères sociaux et en fonction de leur politique en faveur des plus fragiles, régulation académique de l’offre d’enseignements facultatifs pour lutter contre les mises en concurrence des établissements, extension des expérimentations pour augmenter la mixité sociale et scolaire. Le combat continue, pour le SE-Unsa, pour permettre à l’Ecole d’être à la hauteur de la devise républicaine.
 
Dans une pétition destinée au président de la république, « engagé.e.s pour une école durable », les enseignants de l’Unsa exigent aussi que les fonds publics soient réservés à l’enseignement public. Pourquoi soutenir une école privée qui refuse de jouer le jeu de la mixité sociale, et sélectionne ses élèves, par l’argent, alors qu’elle bénéficie de moyens publics ?
 
Rejoignez- nous dans ce combat pour l’équité : signez notre pétition !