Avenir de l’enseignement professionnel : le Cnesco(*) a des idées (3/3)

| popularité : 2%
Suite à la conférence de comparaison internationale sur l’avenir de l’enseignement professionnel, qu’il a organisé avec le Ciep (**) les 7 et 8 mai dernier, le Cnesco a publié des préconisations pour améliorer l’orientation, les formations et l’insertion des jeunes de l’enseignement professionnel.
 
Ces préconisations prétendent répondre aux constats montrant que l’enseignement professionnel souffre d’une réputation souvent peu flatteuse, que le recrutement y est sociologiquement très marqué et que certaines filières, tout en concentrant les difficultés, sont parfois éloignées des besoins réels du marché du travail.

Sur le long terme, le Cnesco propose deux scénarios. Le premier engagerait la France « vers un système à la suédoise » dans lequel on ne distingue pas l’enseignement technologique et professionnel. En France, l’enseignement technologique s’est beaucoup rapproché de l’enseignement général et du même coup s’est éloigné de l’enseignement professionnel. On n’est donc pas du tout dans la même configuration. Le deuxième scénario propose d’engager la France dans un système « à l’allemande » ou « à la Suisse » qui s’appuie sur un engagement fort des entreprises (organisées en réseaux) dans l’élaboration des référentiels, la régulation des places en formation et la formation en entreprise elle-même. Les entreprises françaises y sont-elle prêtes ? On peut en douter. Par ailleurs, le système allemand a des difficultés connues à faire correspondre le nombre de places en formation et leur localisation avec la demande des jeunes.

Le SE-Unsa n’est pas favorable au deuxième scénario qui ne correspond pas à l’histoire de l’enseignement professionnel dans notre pays, enseignement confié par les entreprises et la nation à l’Ecole. Il défend une évolution vers l’existence de 2 voies scolaires, la voie générale et technologique d’une part et la voie professionnelle d’autre part. La modularisation de l’offre de formation pourrait assurer à moyen terme des parcours souples et des menus de formation associant des modules généraux, technologiques et professionnels.

(*) Cnesco : conseil national d'évaluation du système scolaire

(**) Centre international d'étude pédagogique